HB4FR "Clin d'Ailes" Swiss Air Force HAM-Radioclub

Français

Nous voulons intéresser les jeunes pour les sciences, la technologie et la radio

Deutsch

Wir wollen die Jugend für die Wissenschaft, die Technik und den Amateurfunk interessieren

English

We want to interest young people in sciences, technology and radio

NEWS

AGENDA-DIARY-SKEDS

Home Contacte - Kontakt - Contact Sitemap Impressum Disclaimer

L'expression "HAM"

Provenance et évolution de la notion"HAM Radio"

"HAM" est une notion informelle pour "Opérateur Radioamateur" et dans le sens large du terme pour le Radio amateurisme en général. La notion est apparue pour la première fois d'une manière sporadique en début du 20ème siècle aux USA. Il trouva une diffusion plus ample seulement vers les années 1920 dans le monde anglophone.

La provenance étymologique du terme
Une raison pour l'utilisation hésitante de la notion HAM se trouve probablement dans le fait qu'il s'agissait d'une expression péjorative du jargon des opérateurs de télégraphie interurbaine de l'époque et qui voulait dire "mauvais télégraphiste" [1].

Au début de l'ère de la radio - ce fut la radiotélégraphie en l'occurrence, il y avait encore beaucoup de télégraphiste sur les réseaux de télégraphie sans fil. Lorsque les premiers amateurs apparaissait sur les ondes, ces derniers furent appelés avec mépris "HAM" par les télégraphistes professionnels faisant fi d'eux comme "maladroits" [2].

Petit à petit, le mot HAM s'est installé comme remplacement du mot "Radioamateur" et toujours plus d'amateurs l'ont adopté avec fierté comme désignation de leur hobby. Ainsi, un terme d'origine péjoratif est devenu avec le temps une notion honorable mondialement connue, surtout dans le monde anglophone.

Il existe encore d'autres interprétations qui sont toutefois à peine probables.

[1] McClure's Magazine, January, 1902, page 231 : L. C. Hall, “TELEGRAPH TALK AND TALKERS”, Human Character and Emotions an Old Telegrapher Reads on the Wire, The Slang of the wire
[2] Technical World Magazine, August, 1915, pages 806-807: Hanby Carver, “Floods and Wireless”